Lorsqu’on évoque des terres lointaines, chacun d’entre nous voudrait un jour partir quelque part. Et si cet ailleurs était une région française ? Dans ce cas, les nouveaux ateliers organisés par l’Alliance sont incontournables pour aider à préparer le terrain.

En ce début du mois de février, le soleil de la Corse nous a fait oublier les frimas de l’hiver américain. Figurez-vous une montagne plongée dans la mer, des sommets dépassant 2000 mètres, des forêts de châtaigniers et de pins odorants, des vallées sauvages, des villages perchés aux maisons de schiste, des falaises découpées, des tours génoises constellant la côte, des ports blottis dans l’échancrure des rivages, des plages nichées au milieu du maquis tapissé de myrte. Imaginez de parcourir mille kilomètres de littoral allant de Saint Florent au Cap Corse, de passer par l’Ile Rousse, Calvi, Col del Verggio, Ajaccio, Propriano, Bonifacio, Porto Vecchio et de vous arrêter à Bastia. Comment peut-on résister au charme de ces paysages éblouissants ?

Troisième île de la Méditerranée par sa superficie de 8680 km2, la Corse est un coin de paradis, malgré son histoire tourmentée. En effet, en raison de sa position stratégique, sur ses bords habitèrent diverses populations : Ligures, Ibères, Phocéens, Etrusques, Carthaginois, Romains, Barbares et Sarrasins. Du XIe au XIIe siècle, Pise et de Gênes, des républiques maritimes italiennes, y étendirent leur influence. Pendant la domination génoise, des émeutes eurent lieu dans l’île. En 1755, une résistance armée fut menée par Pascal Paoli qui adopta, par ailleurs, le drapeau à tête de Maure portant un bandeau sur son front. L’hégémonie génoise s’acheva avec la signature du traité de Versailles en 1768, en vertu duquel la France se vit céder l’île, mettant ainsi fin aux revendications des Corses.

En 1769, Napoléon Bonaparte, premier Empereur des Français, vint au monde à Ajaccio. Parmi les célébrités contemporaines, on trouve les chanteurs Tino Rossi et Patrick Fiori, I Muvrini et A Filetta, les étoiles du foot Dominique Colonna, Pascal Olmeta et Eric Cantona, les actrices Marie-José Nat et Laetitia Casta, la danseuse Marie-Claude Pietragalla, l’artiste Ange Leccia, des écrivains et des politiciens.

Mise à la mode par Mérimée, qui en évoqua l’âme dans sa nouvelle Colomba (1840), cette île a toujours inspiré les auteurs. De La Vendetta de Balzac jusqu’aux romans policiers de Marie-Hélène Ferrari, la littérature offre des personnages hauts en couleur qui font revivre l’histoire corse.

« Bonghjornu, cume state ? Va bè… » Oh ! Est-ce qu’on risque de perdre son latin ? Si vous y allez, ne vous inquiétez pas ! Tout le monde parle français, le corse étant une langue régionale qui exprime la culture insulaire. Les pièces polyphoniques, par exemple, sont chantées en corse. Et il y a des musiciens qui utilisent la langue des aïeux pour écrire des chansons destinées au divertissement d’un large public.

Les mots corses résonnent aussi dans la gastronomie. On passe alors à table, pour s’abandonner aux plaisirs qu’elle offre : des assiettes de charcuterie (prizuttu, lonzu, coppa), du poisson (denti, ligosta, truita), de la viande (cabrettu, cignale, pernice), des fromages de brebis (brocciu, niulincu), des légumes, du miel, des desserts (fiadone, frittelle, panzarotti), des fruits gorgés de soleil, des vins (Ajaccio, Patrimonio, Muscat), des liqueurs et des eaux minérales. Cette liste ne saurait être exhaustive, les traditions d’hospitalité étant ancrées dans l’île depuis toujours.

C’est ainsi que s’est achevé notre passage par la Corse. Nous avons vu défiler sur l’écran des images lumineuses, suivi un itinéraire, parcouru son histoire, appris des mots et dégusté des mets, tout en écoutant les mélodies de ses artistes.

Le Tour des régions de France sait mettre l’eau à la bouche. Que vous soyez touriste ou voyageur errant, prenez la route qui mène à l’Alliance. Vous y découvrirez des trésors cachés.

Voici des sites internet sur la Corse :

www.corse.fr

www.afiletta.com

www.musee-corse.com

 

 

CONTACT